Les 2 astuces pour garder le rythme même en vacances

Pendant l’année on ne rêve que d’une seule chose : les vacances (peut-être pas tout le monde mais en tout cas moi si 🙂 ). Pour se détendre, oublier le quotidien, faire du sport, danser et boire des cocktails. Où que vous alliez vous partez de chez vous pour vous déconnecter du train-train quotidien, et c’est bien normal vous avez raison (il faut un peu de calme dans ce monde de brute).

Il ne faut pas pour autant tout laisser tomber et laisser derrière soi les acquis durement mérités durant toute l’année.

C’est à l’occasion de mon voyage de 3 semaines en corse puis en Espagne que j’ai eu l’idée de vous faire part de mes suggestions pour garder le même niveau de batterie qu’avant votre départ, voire même de progresser.

1) Tapez, tapez et tapez encore :

 

Non, pas sur votre petite sœur !!!. En fait la batterie est un instrument (pour l’instant j’espère que ça va) et comme tout instrument la pratique prime sur la théorie. Savoir jouer de la batterie c’est savoir bouger ses mains et ses pieds d’une certaine façon pour que ça sonne. Il faut habituer le corps à réaliser des mouvements inhabituels jusqu’à ce qu’ils soient fait correctement. Pour y arriver il faut jouer.

Mais comment faire si vous n’avez pas votre batterie à côté ?

 

Simple, il suffit de jouer sur vous comme si VOUS étiez la batterie. Que vous soyez en voiture, à table ou encore assis sur un banc prenez 10 minutes et imaginez vous sur scène avec pour guise de baguettes vos mains.

Certes le set sera quelque peu réduit, mais vous aurez l’essentiel :

  • pied droit –> grosse caisse
  • pied gauche –> charley (ou double grosse caisse)
  • cuisse droite –> charley
  • cuisse gauche –> caisse claire

Il est important de taper sur un support (ex : vos cuisses ou la table) et non pas seulement de brasser l’air, car les mouvements sont plus dur à réaliser en vrai. Si vous vous contentez de taper dans le vide, vous aurez l’impression d’aller hyper vite mais ce n’est qu’une illusion (le air batterie c’est amusant mais vous ne voudriez quand même pas qu’on vous prennent pour un fou…).

Même si vous êtes dans un endroit public ne vous gênez pas, vous faites ça pour vous améliorer. Et puis de toute façon personne ne vous connaît et vous ne reverrez sans doute jamais ces personnes.

Petite anecdote personnelle : Moi j’adore faire ça en voiture, quand je ne conduis pas bien sûr 😉 . Le problème c’est que quand je ne conduis pas eh bien je ne suis pas tout seul. Et donc parfois j’ai le droit a des réflexions du genre t’es excité ?, t’as des vers ??? Après 2 secondes de réflexions je continue parce que je kiffe vraiment ça. Bref tout ça pour dire : faites ce qu’il vous plaît et éclatez-vous.

2) Ecoutez, écoutez et écoutez encore :

 

Faire de la batterie c’est bien, mais avec de la musique c’est encore mieux. Plus vous écoutez de musique plus vous allez développer votre écoute et ça va vous aider à inventer de nouveau rythme.

Ça rejoint la partie précédente : dès que vous entendez une musique et que vous êtes dans des conditions qui vous permette de tapez, eh bien faites-le ce sera doublement efficace.

Voilà pourquoi :

  • Le fait de taper vous permet de garder en mémoire les mouvements que vous avez appris et permet donc de travailler la technique ou du moins de la conserver.
  • Jouer sur de la musique a pour effet de booster votre capacité à improviser en temps réel. Même si la musique que vous entendez ne correspond pas typiquement à votre style favori, essayez quand même de jouer par-dessus. En effet on ne joue pas de la même façon sur du métal que sur du jazz, et votre technique ne pourra qu’être améliorée.

 

Le fait de s’entraîner (même si on n’est pas bon au début) crée des connections dans notre cerveau qui permettra de calibrer le jeu en fonction du son, du rythme, du style et à force rendra le jeu plus agréable pour vous et pour les autres.

 

Pour terminer mon histoire, après 3 semaines de cavale je reviens chez moi et je me mets devant ma batterie. Surprise je n’ai rien perdu, je retrouve toutes mes sensations et je joue presque mieux. En effet je joue de nouveau rythme que je n’avais jamais fait auparavant. C’est dû au fait que tous les jours je faisais pratiquement la même chose, les mêmes rythmes, j’étais tombé dans une certaine routine. Le fait de sortir de chez moi, de voyager et d’écouter de nouvelles musique (à la zumba ou au mini-club 😉 ) m’a permis d’être plus créatif. L’apprentissage de la batterie passe aussi par l’évasion et pas seulement par jouer le plus possible tout seul au fond de sa cave (en plus c’est pas marrant).

 

Quelles sont les plus grandes coupures que vous ayez faites sans jouer de la batterie ?

Après cette coupure, comment vous vous êtes senti ? (meilleur, moins bon, au même niveau)

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *