Les 5 qualités du bon batteur

 

 

  1. C’est un batteur qui s’écoute.
  2. C’est un batteur qui écoute les autres musiciens.
  3. C’est un batteur qui joue sur les temps.
  4. C’est un batteur qui ne s’arrête pas.
  5. C’est un batteur qui s’améliore.

Pour certains être un bon batteur ça va être de jouer vite, pour d’autres ça va être de jouer du métal avec la double pédale ou encore ça va être de jouer du jazz. On a tous sa propre définition de qu’est-ce qu’un bon batteur. C’est d’ailleurs pour ça qu’il n’y a pas UN seul meilleur batteur au monde, c’est parce que la musique c’est subjectif.

Je pense qu’on ne devrait pas définir les qualités d’un batteur par sa vitesse ou par les rythmes qu’il arrive à faire mais plutôt par des aptitudes qui font qu’un batteur est bon quel que soit son niveau, débutant ou expérimenté. Parce que oui pour moi un débutant peut être un bon batteur s’il regroupe les compétences décrites ci-dessus. Ainsi la seule différence qui distinguera le batteur débutant du batteur expérimenté sera la technique, qui nécessitera beaucoup de temps et d’efforts.

Certes, Joey Jordison ou Mario Duplantier sont de bon batteur, et ils arrivent à jouer extrêmement vite justement PARCE QUE ce sont de bons batteurs, et non l’inverse.


Voici selon moi les qualités qu’un batteur doit absolument avoir :

1 ) Savoir s’écouter :

 

Savoir jouer de la batterie c’est bien, entendre ce que l’on joue c’est mieux. Je pars d’un constat que j’ai fait et que de nombreux batteur ont surement pu observer : on n’entend pas ce que l’on joue véritablement. En réalité la perception du son n’est pas la même quand vous êtes assis sur le tabouret ou quand vous êtes en face, comme pour un public par exemple.

Quand vous êtes au centre de la batterie tous les sons sont concentrés et arrivent à vous en même temps, ça peut ainsi créer un brouhaha assez difficile à analyser. Le public lui recevra les sons quelques millisecondes après et l’ensemble ne sonnera pas exactement pareil que ce que VOUS entendez.

Le plus dur c’est de pouvoir se mettre à la place du public et arriver à ressentir ce que vous projetez et non pas ce que vous croyez projeter. Car la réalité du son n’est pas la même quand vous vous écoutez en jouant ou après coup par le biais d’enregistrement.

Parfois je me disais que je jouais bien mais en réalité quand je m’enregistrais je remarquais que je jouais tout à la même puissance, avec un tempo bancal. Mes perceptions étaient totalement biaisées.

Savoir s’écouter vraiment et réussir à analyser ce qu’on fait de bien ou pas bien est une première étape pour devenir un bon batteur.

 

 

2) Ecouter les autres musiciens :

 

Je sais vous vous dîtes : « c’est moi le batteur, c’est moi qui donne la pulse donc c’est moi le maître ». Et en quelque sorte c’est vrai dans le sens où c’est à vous de mener le groupe.

Cependant si vous voulez jouer en groupe, en orchestre ou même faire des covers vous vous devez d’écouter les autres instruments. C’est plus qu’une nécessité si vous ne voulez pas vous planter.

Imaginez-vous dans un orchestre, on entame une partie calme et vous vous mettez soudainement à frapper comme une brute. Ça va créer un décalage qui ne sera pas du tout adapté au son de la musique. L’émotion ne se ressentira pas et le public sera surement déjà entrain de partir.

La difficulté est double là car il faut aussi arriver à réaliser le point précédent : c’est-à-dire s’écouter et en même temps écouter les autres. Pour cela vous devez essayer de considérer votre instrument sur lequel vous jouez et les autres instruments comme un tout, et coordonner vos gestes pour que le tout sonne bien.

3) Jouer sur les temps :

 

Etre bon signifie aussi jouer au bon moment, c’est-à-dire mettre les coups là où il faut et pas un quart de temps trop tôt ou trop tard.

Surtout si vous faites de la scène avec votre groupe, vous ne pouvez pas négliger la précision. Vous seul est le maître du temps et si vous faites une erreur ça impactera directement tous les autres musiciens avec qui vous jouez.

Ça aura 2 conséquences terribles :

  • Vous allez les perdre
  • Vous allez VOUS perdre

Après pour reprendre c’est vraiment difficile. Donc soit vous avez des musiciens solides qui continueront sur le bon tempo ou soit vous prenez les choses en main et imposez le rythme.

La seconde solution est de loin la meilleure.

Si vous n’êtes pas encore calé niveau stabilité du tempo je vous conseille de travailler avec le métronome, ça vous obligera à être propre.

4) Ne pas s’arrêter :

 

Continuez malgré le manque d’idées :

 

Ça vous est surement déjà arrivé de jouer quelque chose et de vous arrêter en plein milieu parce que vous ne saviez plus par quoi continuer.

Ce problème est assez récurrent. On a tous des connaissances limitées et quand on a épuisé tout le stock plus rien ne sort, on n’arrive plus à enchaîner et du coup on s’arrête.

Vous vous dîtes peut-être que c’est normal et que ça viendra avec le temps. C’est vrai mais si vous voulez avoir toujours quelque chose à jouer MAINTENANT notamment quand vous improvisez, revenez aux basiques, vous verrez que ça sera beaucoup plus simple. Vous jouerez un rythme que vous avez l’habitude de faire et vous pourrez penser au rythme suivant.

Et ainsi de suite, alternez entre les rythmes que vous maîtrisez bien et les nouveaux pour ne plus jamais tomber en panne.

Continuez même si vous vous trompez :

 

La deuxième chose qui nous fait arrêter de jouer souvent c’est quand on se trompe.

Vous avez loupé un coup de grosse caisse par exemple et vous le savez. Du coup vous vous mettez à penser et à vous dire que vous auriez pu faire autrement et vous vous arrêtez comme si vous pouviez revenir en arrière pour corriger l’erreur, sauf que non c’est impossible.

En fait, pour ne pas se stopper comme ça d’un coup il ne faut pas penser à ce que l’on joue mais plutôt penser à ce que l’on va jouer, dans le FUTUR. Ainsi vous n’analyserez pas toutes les fautes que vous avez commises et vous pourrez vous consacrez pleinement aux prochains rythmes ou breaks.

Les erreurs vous en ferez tout de même mais ça n’aura plus d’effets aussi négatifs.

5) S’améliorer :

 

Si vous stagnez et si tout de même vous sentez que vous travaillez alors il y a un problème. Ça peut être très frustrant et c’est surement dû à une mauvaise méthode de travail.

Etre bon je pense c’est aussi savoir analyser ses points faibles et les travailler afin de devenir meilleur que la veille. Et pour ça il faut d’abord connaître ses points faibles.

Si vous ne les connaissez pas encore demandez-vous : « qu’est-ce qui me bloque pour jouer n’importe quel rythme ? »

Ça peut être la vitesse, la coordination ou l’indépendance. Dans tous les cas ça se travaille.

Maintenant il faut vous faire une liste de tâches à accomplir quotidiennement afin d’arriver à vous améliorer tous les jours.

Par exemple pour la vitesse ça peut-être :

  • Jouer 10 minutes par jour au métronome.
  • Augmenter de 5 bpm toutes les 5 minutes.

Les résultats mettront un peu de temps à arriver, ça ne se fera pas du jour au lendemain mais si vous vous y tenez vos progrès seront bien visibles.

Une fois que vous avez programmé une action à faire chaque jour pour améliorer UN point faible, vous pouvez passer au suivant tout en conservant les exercices précédents. Ça permet de ne pas surcharger le cerveau avec trop d’exercices et de vous dégoûter jusqu’à tout laisser tomber.

Résumé :

 

Pour être un bon batteur selon moi il faut 5 ingrédients :

  • Apprendre à écouter ce que vous jouez vraiment.
  • Arriver à écouter ce que les autres musiciens jouent et vous adapter à eux.
  • Garder un tempo stable et solide.
  • Continuer malgré les erreurs ou le manque d’inspiration.
  • Chercher ses points faibles et savoir comment les améliorer.

Si vous voulez avoir un autre point de vue je vous conseille vivement l’article : « 3 atouts indispensables pour être un bon batteur » de Xavier Rogé.

Et pour vous quel est le point le plus important qui fait qu’un batteur est bon ?

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.